3 5 , 4*4 , 4*4 , 4*4*4*4*4*4*4*4*4*4*4' 4*4 , 4 , 4*4*4 , 4*4*4*4*4*4*4*4*4*4' 4* 4* 4* * * * i 4* f 4» t t *:• f f •:• f V ❖ * ❖ 4* f •:• 4* f •I* f ❖ * f ❖ ❖ 4» * t f V ❖ f 4* PREFACE C omment, apres un an d’administration frangaise en Sarre, ne pas, en tout premier lieu, celebrer reffort des mineurs sarrois. D’autres pays sont celebres par leurs artistes, d’autres par leurs champs, d’autres par les mers qui les entourent. La Sarre, eile, Fest par ses mines, par les hommes durs ä la täche et disciplines qui, par un labeur incessant, ont pour täche d’aller chercher dans les entrailles du sol, ce charbon si precieux ä la vie des hommes. Lorsqu’il m’arrive de parcourir ces pays industriels, je me demande ce qui se passerait si le charbon, tout d’un coup, n’etait plus extrait. Je vois alors des ätres sans feu, des usines mortes et des navires immobiles. Mais ces visions sont fugi'ives en moi, car si je sais que le fait s’est dejä produit pendant les dures annees par lesquelles l’Europe vient de passer, nous pouvons, enfin, envisager Favenir avec confiance et nous dire que nous sommes resolument sur la voie de la guerison. Toujours il faudra proclamer le magnifique effort de redressement realise aux Mines de la Sarre par le travail admirable des techniciens et deä mineurs. ❖ ❖ * f 4* ❖ 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* * I 4- 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* $ 4* 4* 4* 4* 4* 4- 4* 4* 4- 4* 4* 4* 4* 4* 4» 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* 4* Quand nous eonsiderons les graphiques de production depuis juillet 1945, nous avons un sentiment de reconfort. Cette ligne qui fait passer la production de 7 000 tonnes par jour ä 27 000 tonnes jour en un an est la preuve tangible, reelle, que nous avons raison de nous rejouir. Ce dont aussi nous devons nous rendre compte devant cette simple ligne noire qui monte sur le papier quadrille, c’est combien il a fallu lütter pour qu’elle füt constamment ascendante. De combien d’efforts, de sueurs, de travaux, de combien de difficultes vaincues est-elle le fruit? Seuls peuvent le savoir ceux qui ont ete les artisans de ce succes Qu’ils en soient remercies. En premier lieu parmi ceux-ci, je le repete, il faut nommer les mi ­ neurs. Au sortir de l’impitoyable tyrannie nazie qui les avait reduits au rang d’esclaves, au sortir des effroyables epreuves materielles qu’ont sig- nifie pour eux la guerre, la destruction et la disette, ceux-ci ont su ne pas dementir leur effort et tourner en faveur de la reconstruction pacifique un travail qui, contre leur gre, je le sais, avait ete utilise ä des fins guerrieres. En second lieu, il y a les techniciens, les ingenieurs, les cadres ad- ministratifs qui ont su apporter avec eux non pas seulement leur ardeur et leur devouement, mais aussi une comprehension vraiment humaine de tous les problemes et le souci de ne point mepriser Feffort de chacun, si