Albert Barrera i Vidal Observations amicales mais critiques sur l’actuelle POLITIQUE LINGUISTIQUE EN CATALOGNE 0. La situation générale du catalan Après une longue période où il était difficile, voire impossible, même entre hommes de science, de parler sans polémiquer du catalan, de sa caractérisation, de son appartenance génétique (était-ce une langue hispano-romane ou au contraire gallo-romane?) et surtout de son statut, il semble qu’en particulier depuis la récente démocratisation de l’Espagne il règne à présent une relative sérénité dans les esprits: il est possible que 21 années d’exercice de la dé¬ mocratie soient un laps de temps suffisant pour permettre de prendre ses distances et tenter d’être objectif. Nous aborderons la „Question catalane“ d’un point de vue synchronique d’abord, diachronique ensuite. 0.1. Aspects synchroniques: la géographie Pour bien mesurer le sens et la portée de l’actuelle politique linguistique du gouvernement autonome catalan à l’intérieur de son territoire propre, il convient de tenir compte de la situation spécifique de cette communauté; ainsi, l’une de ses caractéristiques est de se situer, selon le point de vue adopté, entre les concepts de „nation“ et de „région“, même si le grand linguiste catalan An- toni M. Badia i Margarit aime parler à propos de l’ensemble de toutes ces Communautés autonomes en Espagne de „nacionalidades histôricas“ (Badia i Margarit 1987: 7). En effet, si du moins nous nous limitons à l’époque contemporaine, le catalan n’est, au sens strict du terme, ni la langue nationale d’un Etat indépendant, ni surtout une simple langue régionale, car il participe des deux phénomènes. Mais quoi qu’il en soit, c’est en tout cas une langue au sens plein du terme et non un dialecte, ce terme désignant généralement un sous-système d’un rang linguis¬ tiquement et socio-culturellement inférieur se rattachant génétiquement à un autre système de même origine, mais doté d’un statut à la fois officiel et normalisé, ce dernier étant alors seul considéré comme langue, une langue dont lesdits dialectes ne seraient en somme que des variétés à extension géographique 163