(14) k‘ Premier mes: poree blanche et pois coulez, oyes saleez et grosse char de pluseur maniéré, vn due1 d’oistres et vn broet jorge de char, vne soringue d’anguilles et vne salmine sur chapons. Secont mes: rost de pluseurs maniérés de char et bremes rosties et eschiueez de saumon, vn tieulem’ et vn broet fülle, et furent serui de poisson de mer et draue douche a grant plente et de pluseurs maniérés, vn broet asure sur le poisson et vn broet jaune sur chapons, anguilles acucreez a la vouee, figues*1’ farchies couuers de fueille d’or, et 1 broet de trois couleurs, blanc, ynde et vermeil et pastez lorrois0’. Le tiers mes: conins farsisn et doreezq et haricous et let larde, vn rose et vn broet de verde couleur, tartes cucreez, boureez a la sausse chaude, et vn amande blanc, chapponsr pèlerins a la dodine, tourtess’ parmeniens, vne espinbeque, vne gellee, espaulles de mouton farcies, et motez de char. Retournez (15) Item1 d’entremes la maniéré comment Godeffroi du Boillon et ses compai- gnons conquirent Iherusalem, et fut fait vn chasteau grant qui fu amene deuant Vempereur en signifiant lau’ cite de Iherusalem et auoit XXII1Ipies de lonc et XII pies de large par dedens en quoi estoient les Sarrazins qui gardoient Iherusalemv’, et puis y vint vne grant barge en quoi estoit Godeffroi du Boillon et les VII preusw' ses compaignons et auoit la barge XII engambeez de lonc et telex hauteur que vns homs ne pouoity' auenir de sa main au bort, et vindrent arriuer par tellez maniéré que nule personne s’en peust point appercheuoir’a empres le chastel qui estoit compare a Iherusalem et lors quant il furent arriue empres le chastel se mirent tout a pie et vindrent assallir la cite'b, mais anchors’c traitierent aus Sarrazins’d comment il vausissent rendre la cite et quant le traictie fut passe lors assalirent moult durement les VII preusw’ le chastel dessus dit qui compare estoit a Iherusalem, et les Sarrazins se deffendirent moulte fort et par bonne maniéré et trebuchoient par mainte'1 fois des cheualiers Godeffroy a terre jus des crenaus’s quant il i estoient montez et Godeffroi les rassaloit fort, lui et ses compaignons, et dura l’assaut moult longuement et n’i auoit nule baniere mais que la baniere Godeffroy et les VII preus ses compagnons’h. (Lesarten) Abkürzungen: del.: durchgestrichen, f.: fehlt, tr.: Nachtrag über der Zeile. a) B: C’est la maniéré comment l’empereur entra a Paris et fu le lundi 1111e iour de januier l’an LXXV1I. b) B: Premiers est assauoir que le dit lundi se parti le dit empereur de Saint Denis apres sa messe et qu’il ot beu vne fois, et (weiter wie A), c) le dit empereur fehlt A. d) B. A: yssy. e) A: tr. f) A: ou del., a tr. g) B: blanche, h) B: chevauchoient. i) A: tr. j) A: ou del., tr, a. k) A: parti. 1) A: du. m) A: du. n) B: barons, dont y n’est mencion. o) B: honnestes. p) A: passa, q) B: sur vn noir destrier, r) A: et li vint, s) B: qu’il bis teste, f. t) B: l’un empres l’autre jusques a Paris, u) A: monß. B: mess, v) B: f. w) B: f. x) B: Bordes, y) B: mess, z) A: Cocy. a’) so A u. B. qui hier wohl anstatt que in konsekutiver Bedeutung (frdl. Hinweis von Birgit Tappert). Denkbar wäre, daß im Original der Satz in Analogie zu dem voraufgegangenen Text so gelautet hätte: en leur mains affin qui ni aoit cheualier si grant qui peust passer auant... b’) B: pule. c’) B : Et est assauoir que le dit lundi ne menga pas l’empereur en sale ne le mardi ensuiuant, mais le roy y dîna le dit mardi et fu le dîner fait en vne sale commune au palais et furent delez lui tous les princes de Behaigne et d’Alemaigne et aussi tous les autres (tr.) princes qui pour le tempz estoient a Paris. (Absatz) C’est la maniéré comment il sirent a table le dit mardi au diner. Danach in Kolumne die Namenliste von A 7, dann in fünf Kolumnen die Speisefolgen von A 6/7, und 118