(1598)6. En dépit d’importantes lacunes, la série sierckoise méritait donc d’être publiée et analysée7 *. L’éventail des produits taxés, l’ampleur de certains charge¬ ments et le rôle joué par les Messins et les Trévirois dans le trafic mosellan confor¬ taient le projet. Au stade ultime de sa réalisation, le travail s’articule en trois parties. La première replace le péage de Sierck dans le cadre de la navigation mosellane entre Metz et Trêves (chapitre I), esquisse les origines et le destin du château et du bourg lorrains (chap. II), circonscrit le péage dans son ressort de perception et en étudie le tarif (chap. III), présente et critique les comptes (chap. IV). C’est ensuite, à partir du regroupement de ceux-ci en trois séquences temporelles, l’analyse du trafic dans les années 1424 à 1428 (chap. V), 1474 à 1494 (chap. VI), 1520 à 1549 (chap. VII) et, en guise de conclusions, un essai de synthèse et d’approche comparative. L’édi¬ tion sous forme de tableaux des droits perçus au jour le jour constitue la troisième et dernière partie de l’ouvrage. Trois index la complètent, respectivement pour les noms de personnes, de lieux et de produits. Alors que nous préparions à Louvain-la-Neuve, sous la direction du Professeur Léo¬ pold Genicot, une thèse de doctorat sur L’activité commerciale dans le Luxembourg mosellan du X1IF siècle au milieu du XVF*, le Doyen Jean Schneider (Université de Nancy II) attira notre attention sur les comptes du péage de Sierck. Le Profes¬ seur Jean Favier, dont nous fréquentions le séminaire à l’École pratique des Hautes Études à Paris, accepta quelques années plus tard de patronner, dans le cadre d’un diplôme de l’École, l’édition et l’analyse de ces documents. Nous prions l’un et l’autre d’accepter notre déférente gratitude. Nos remerciements s’adressent égale¬ ment à Monsieur Hubert Collin, conservateur général du Patrimoine, directeur des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle à Nancy, pour avoir facilité nos recherches, à Monsieur le Professeur Wolfgang Haubrichs (Université de la Sarre) et à Monsieur Charles Hiegel, conservateur aux Archives départementales de la Moselle à Metz, pour avoir vérifié, corrigé et complété des identifications de noms de lieux, ainsi qu’à Monsieur l’Abbé Emy Wampach, premier assistant honoraire à l’Université catholique de Louvain, pour son aide dans la traduction de termes allemands. Nous sommes particulièrement sensible à l’honneur que nous réserve la Kommission fur Saarlàndische Landesgeschichte und Volksforschung en accueillant le présent travail dans ses publications9. Puissent ses membres et tout spécialement le Professeur Hans-Walter Herrmann, directeur honoraire des Archives de la Sarre, être assurés de notre profonde reconnaissance. 6 Landeshauptarchiv Koblenz, Bestand 1 C, n° 12798. Ce compte a été mis en œuvre par HERRMANN, Saarburger Zollregister. 7 Résultats partiels et provisoires dans Yante, Commerce, p. 18-24; Id., Routes, p. 64-69; Id., Wirt- schaftsverhâltnisse, p. 148-151; ID., Grains lorrains, p. 637-642; Id., Luxembourg mosellan (voir note 8). * A paraître en 1996 sous le titre: Le Luxembourg mosellan. Productions et échanges commerciaux (1200-1560). 9 La version manuscrite, déposée en 1989, a été revue pour tenir compte de travaux parus depuis cette date. 8