tielles, à une conception raisonnable et pratique des besoins de la France et notamment à la nécessité fondamentale d’établir, sur des bases solides, sa sécurité. Tous les événements de ces dernières années et les heures que nous vivons au¬ jourd’hui rendent plus vraie que jamais la phrase lapidaire et saisissante de Pascal: „La justice sans la force est impuissante“. Puissions-nous ne pas nous laisser dé¬ tourner par des promesses ou des garanties illusoires, comme nous l’avons fait au lendemain de la précédente guerre, de la tâche que le destin aura, une seconde fois, réservée à notre génération et ne pas oublier non plus que l’impréparation ne sau¬ rait toujours être érigée en vertu. Abel Verdier Consul Général de France Consul de France en Sarre d’Avril 1935 à Septembre 1939. 208