paysage urbain des grandes villes ou encore les routes et autres voies de circulation et que l’on a appelés, non sans raison, ,,1’acadèmia del carrer“, en favorisant, notamment par des mesures d’encouragement d’ordre économique, l’emploi exclusif d’enseignes en catalan. Cette campagne, qui apparemment semblait s’attaquer aux nombreux anglicismes comme „Burger, Shopping Center, etc.“ ou encore aux gallicismes tels que „Boutique“, visait en réalité tout autant les inscriptions en langue castillane. On se rappellera d’ailleurs que parmi les multiples mesures édictées par les Municipalités catalanes depuis la fondation de la nouvelle „Generalitat“, l’une des premières avait consisté précisément à remplacer les plaques des rues en castillan par d’autres, exclusivement en catalan. Il en va d’ailleurs de même des plaques le long des grandes routes, toutes les localités catalanes ayant ainsi retrouvé leurs anciennes désignations d’origine (par exemple, Gerona est redevenue Girona, ce qui a eu pour conséquence le changement des plaques minéralogiques GE en GI, etc.). Dans un ordre d’idées finalement assez proche, les Catalans avaient été encouragés à reprendre la forme catalane de leur prénom, voire même de leur nom de famille, conformément aux traditions ancestrales. Ainsi, on ne peut que souligner la cohérence et la continuité des mesures de toute sorte en faveur du catalan à l’intérieur même du Principat, c’est-à-dire là où son usage était particulièrement menacé. 2. Les principaux organismes impliqués dans la politique de diffusion du catalan On va se limiter ici aux organismes officiels. En premier lieu, il faut citer la „Generalitat de Catalunya“ ainsi que ses nombreux services plus particulièrement consacrés aux problèmes d’ordre linguistique (ou concernés par eux). - il y a d’abord la „Direcció General de Normalització lingüística“, tout spécialement chargée de l’ensemble des campagnes en faveur de l’usage généralisé du catalan; il faut également citer le „Departament de Cultura, Gabinet de Didáctica“ et le „Departament d’Ensenyament“; c’est à ce dernier Service que l’on doit la création d’une „Comissió per a la promoció de l’ensenyament del català a les Universitats de fora de Catalunya“; enfin, il existe une „Llibreria de la Generalitat de Catalunya“, consacrée à la diffusion des différentes publications de la Generalitat, dont plusieurs consacrées aux questions linguistiques. C’est également là que l’on 174