de façon fascinante et consternante, un sujet d'importance existentielle. La politique, et avec elle les différentes sciences, sont ainsi appelées à réfléchir sur la nature, la typologie et la création des frontières ainsi que sur leurs effets passés, présents et futurs1. Depuis plusieurs aimées déjà, un projet spécifique de recherche interdisciplinaire "Régions frontalières et zones d'interférence" de la Faculté des Lettres de l'Université de la Sarre s'occupe des problèmes de la typologie et de l'évolution des frontières, ainsi que du jeu des frontières 'naturelles', politiques, culturelles et linguistiques, de l'effet des frontières sur la réalité, l'identité et la conscience dans les zones frontalières. Cette équipe de chercheurs est composée de géographes, historiens de la proto- et préhistoire ainsi que de l'histoire contemporaine, et d'historiens des langues et des littératures romanes, germaniques et slaves; ils se servent, principalement, du paradigme de la région Sarre-Lor-Lux se situant entre la France, la Belgique, le Luxembourg et l'Allemagne; mais il s'ajoute à cela, de plus en plus fréquemment, des aspects analogues de confrontation et d'interférence de la zone alpine, ainsi que des régions frontalières germano-slaves et anglo- écossaises. Une recherche de cet ordre se doit de franchir des frontières: celles des disciplines, mais aussi celles des nations. Conscient de ce fait, le Symposium "Grenzen und Grenzregionen - Frontières et régions frontalières - Borders and Border Régions" eut lieu dans la ville frontalière de Sarrebruck, du 2 au 4 mai 1991, avec l'appui financier de la fondation Volkswagenwerk et du Ministère sarrois de l'éducation (que nous remercions en ce lieu). Il a réuni de nombreux chercheurs de Grande Bretagne, de France, de Belgique, du Luxembourg, de Suisse, d'Autriche, de Pologne et d'Allemagne. La plupart des conférences de cette réunion sont publiées dans le présent volume. La première partie des conférences a été consacrée aux aspects actuels et historiques, aux fonctions et à la définition des frontières politiques. Wilfried Fiedler (Sarrebruck) a analysé, dans son exposé "La frontière en tant que problème juridique", les fonctions fondamentales d'une frontière (démarcation des territoires de souveraineté des nations), des techniques de leur protection et des possibilités de leur abolition. C'est le premier conférencier qui a clairement cerné un sujet prépondérant du Symposium, à savoir l’analyse des caractéristiques de ce type de frontière qui sépare des territoires régis par un droit et un ordre économique et politique identiques et qui, toutefois, vit sous la tension constante de phénomènes 1 En vue la discussion en cours, il convient de consulter, compte tenu de la matière respective: A. Demandt (Ed.), Deutschlands Grenzen in der Geschichte, München 1990; Siedlungsforschung 9 (1991) avec, comme sujet central, "Der Einfluß politischer Grenzen auf die Siedlungs- und Kulturlandschaftsentwicklung" contenant entre autres, des contributions de Franz Irsigler, Helmut Bender, Vladimir Nekuda, Hans Jürgen Nitz, Winfried Schich, Johann-Bernhard Haversath und Klaus Fehn; Lili. Zeitschrift ftir Literaturwissenschaft und Linguistik, H. 83: Sprachgrenzen (1991), édité par Wolfgang Haubrichs, renfermant entre autres, des exposés de Stefan Sonderegger, Ingo Reiffenstein, Ernst Eichler, Wolfgang Bufe et André Weckmann. 16