Jean-Paul Lehners (S. 35-58) L’Habitat à Dudelange au début du 20e siècle Dudelange est une petite localité située dans le Bassin Minier du sud du Luxembourg, à la frontière française. Elle se compose de plusieurs petits bourgs qui, avec leurs espaces bâtis, auront tendance à se fondre en quelques décennies. Dudelange, qui en 1907 est promue au rang de ville, connaît un énorme essor démographique grâce à l’implantation d’une aciérie sur son territoire. Beaucoup de travailleurs immigrés, surtout des Italiens, s’y installent alors que les capacités immobilières nécessaires pour héberger tant de personnes sont insuffisantes. Une enquête détaillée réalisée en 1905/06 fournit des informations sur les conditions d’habitation à Dudelange. Elle donne des chiffres sur la totalité des maisons de la commune, le nombre d’étages, la présence ou l’absence de greniers, le chauffage, la date de construction etc. Dans une deuxième partie, cette enquête informe sur la qualité des logements. Le nombre et la surface des chambres sont mis en rapport avec le nombre des occupants. Enfin, les façons de loger sont différenciées selon des critères socio-professionnels. L’analyse démontre l’état misérable des conditions de vie d’une partie de la population dudelangeoise, et l’auteur conclut que la prolétarisation n’était pas un phénomène inconnu au Luxembourg. Antoinette Lorang (S. 59-88) La construction de logements de la Gelsenkirchener Bergwerks A.G. et le rôle de modèles allemands de 1870 à 1930 Esch/Alzette, située au sud du Luxembourg près de la frontière française, connaît un rapide essor démographique grâce à l’implantation de plusieurs aciéries dans le bassin ferroviaire. Ainsi, Esch devient la ’Métropole du Fer’ et la politique communale est de plus en plus déterminée par les représentants de l’industrie. L’immigration de la main-d’oeuvre surtout étrangère entraîne une explosion démographique et Esch, promue au rang de ville en 1906, se dote rapidement d’une infrastructure urbaine. Les grandes entreprises essaient de combler la pénurie de logements en construisant plusieurs lotissements de maisons ouvrières. Surtout la Gelsenkirchener Bergwerks A.G. marque la ville par sa cité pour ouvriers et employés qui suit de près les modè¬ les du Ruhrgebiet. Mais cette empreinte nouvelle n’a que peu de répercussions sur les autres constructions de l’époque. Cependant, certains éléments se retrouvent dans les années vingt dans les habitations à bon marché de la commune ainsi que dans les villas et maisons des bourgeois et petits-bourgeois. Des modèles allemands influencent aussi les contrats de logement. Cependant on ne saurait constater une imitation banale de modèles importés de l’extérieur, car ces types sont en général adaptés aux traditions et besoins régionaux. Les maisons situées dans le centre commercial d’Esch, par contre, sont tributaires d’influences belge et française de sorte que toute la ville présente un amalgame architectural très varié. 346