durance de ces deux types de parcelles dans la création des cités ouvrières de l’Alsa- maisons-types îlots I. II. Il/a III. IV. V. VI. total n. a. % N1 2 7 - - 1 - 14 24 11,0 N2 2 7 2 2 - - 16 29 13,3 N3 2 6 - 6 - 12 - 26 11,9 N4 9 20 - 6 1 14 - 50 22,9 N5 2 4 - - 3 - - 9 4,1 N7 2 6 - 16 - - - 24 11,0 N9 - 6 4 18 - 10 - 38 17,5 Nos 6,8,10,11 - 8 - - - - 10 18 8,3 Total n. a. % 19 8,7 64 29,4 6 2,8 48 22,0 5 2,3 36 16,5 40 18,3 218 100 Tabl. 1: La répartition des maisons-types par îlot du plan d’urbanisme d’E. Schimpf, janvier 1910 Ainsi, les parcelles de 5-6 m de large caractérisent les maisons-types unifamiliales en bande - T II., T V., au nombre de 84 - qui ont un accès direct sur la voie publique et le jardin. Les maisons unifamiliales jumelées de T VI. font une petite exception dans leurs parcelles de 8 m de large, à cause de l’obligation du programme et de la Bauordnung de laisser une distance de 4-7 m de large entre les bâtiments; celles-ci ont aussi un accès direct au jardin potager. Je voudrais enfin signaler un aspect intéressant de l’organisation des parcelles en 1910: les grandes parcelles nouvelles de 15-20 m de large correspondent aux logements groupés par quatre, qui doivent être divisées, pour les jardins, suivant le nombre de familles qui se trouvent dans les bâti- 28 L’historien alsacien, le Prof. Raymond Oberlé, considère que la maison historique mulhou- sienne la plus typique varie entre 5-7 m de large. (Raymond Oberlé, Martine Stahl-Weber, Mulhouse, Panorama monumental et architectural, des origines à 1914, Ed. Contades, Stras¬ bourg 1983, p. 92 et suite.) Pour la construction du Nouveau Quartier de Mulhouse en 1826- 1830 - le seul exemple en France en dehors de la rue de Rivoli à Paris, du classicisme roman¬ tique, d’après Henry-Russell Hitchcock, - les jeunes architectes alsaciens AJ.Félix Fries et Jean-Godefroi Stotz, concepteurs du Nouveau Quartier, ont introduit des îlots nouveaux avec des parcelles de 12 à 16 m de large. (Jonas, N. 17, chapitre XI.). 221