Conclusion Pour conclure je rappelerai que si les procès-verbaux et ordonnances de la fin du 17e et du début du 18e siècles nous dépeignent un espace en pleine convalescence, les ordonnances de la deuxième moitié de la période étudiée confirment la restauration matérielle et religieuse, et ceci malgré les obstacles constitués par l'étendue de la cir¬ conscription et la diversité des langues. Une phrase extraite de la requête des curés afin que leur archiprêtré soit divisé en deux illustre cette restauration matérielle; évo¬ quant le nouvel archiprêtré qui naîtrait du démembrement de celui de Sarrebourg Monseigneur pourra donner telle dénomination qu'il voudra aux archiprêtrés, ou de Lorquin, ou de Foucrey, ou de Gondrexange, toutes ces paroisses étant considérables les églises spacieuses et bien ornées et leur fabrique capable d’y supporter des charges. Au niveau démographique la population avait quasiment triplé en l’espace de soixante-dix ans, la refonte du clergé paroissial semblait opérée mais le pourcentage élevé des ecclésiastiques qui prêtèrent serment témoigne de la fragilité de ce dernier (84 %). 268