L’ESPRIT, ACTE PER CHAPITRE PREMIER Subjectivité du réel i. L’idéalisme de Berkeley. — « La réalité n’est conce- vable qu’en relation avec l’activité pensante ; et par rap- port à cette activité elle n’est pas seulement un objet pos- sible, mais un objet réel et actuel de connaissance. » Tel est le concept que Georges Berkeley exprima nettement dès le commencement du xvme siècle. De sorte que concevoir une réalité signifie concevoir avant tout l’intel- ligence dans laquelle elle est représentée, et par consé- quent concevoir une réalité matérielle devient absurde. Il est évident que pour le philosophe anglais le concept de substance matérielle est absolument contradictoire en soi : substance matérielle veut dire en effet substance jouissant de la propriété de l’étendue et existant en général en dehors de l’esprit, tandis que nous ne pouvons parler que de choses perçues, d’objets de conscience, d’idées en un mot. Berkeley observe fort justement (i) qu’il est sans doute aisé d’imaginer une bibliothèque et des livres, un parc, des arbres, etc., sans nulle personne qui les perçoive; mais en de semblables circonstances tout se réduit à former menta- lement certaines idées appelées meubles, livres ou arbres, en négligeant l’idée du sujet pensant, sans que pour cela l'esprit de ce sujet, c’est-à-dire l’esprit qui les imagine, soit (i) Prin. de la conn. hum. § 28. GENTILE