PRÉFACE DE LA PREMIÈRE ÉDITION Je fais mettre sous presse ce petit volume (j'espère en publier d’autres dans la suite) pour que mes élèves m'em- portent avec eux après l’examen et, si mon ouvrage ne meurt pas, pour être à même de leur répéter à travers ces pages, ma réponse ou mon encouragement à en chercher une qui leur soit propre toutes les fois — je veux espérer qu'elles seront nombreuses — qu’ils éprouveront le besoin de répondre aux graves problèmes, antiques et néanmoins toujours nouveaux, que j’ai fait surgir pour eux à mon école. Faculté de Pise, 15 mai 1916.