Full text: Lotharingia

ODACAR 
r 
x 
REGNIER ERMENTRUDE 
FREDERIC X = WIGElbc2 1 
ab.St-Hubert cte Bidgau, 
I cte palatin +916/1 
HADWIGE = GISLEBERT ADALBERON1 
Icte Arderne év. Metz 
-I /+962 
GODEFROID HADWIGE \- 
CUNEGONDE 
I I 
GOZLIN SIGEBERT 
cte Bidgau +943 
=.UDA 
I-1 
FREDERIC LIUTGARDE 
duc Hte-Loth.+973 = 1 ADALBERT cte Metz 
=BEATRIX 2 EBERHARD cte Nordgau 
SIGEFROID 
I 
HENRI 
cte Arlon +963 
GOZELON cte 
ADALBERON év. Laon 
BARDON 
—i-r— 
REGNIER GODEFROID 
ADALBERON 
cte Verdun +997 arch.Reims +989 
=MATHILDE de Saxe 
LT 
1 MATFRID 2 HUGUES 
HI^NF 
sIRI 
- 972/78 
FREDERIC HERMANN .ADALBERON GODEFROID GOZELON ERMENGARDE 
cte Verdun cte+1029 év. Verdun duc B.-Loth.+1023 duc B. Loth. +1044 = OTTON de Hammerstein 
ADALBERON II 
év. Metz +1005 
THI1 
duc ] 
HE> 
ïJeRIC THlt.RRI ADAlL 
ÊNRI GISELBERT FREDERIC THIÈRRI ADALBERON 
duc Bavière cte +1004 cte +1019 év. Metz prévôt Metz 
+1026 + 1047 archev. Trêves 
SIGEFROID CUNEGONDE 
+ ap. 985 +1033 
= HENRI II 
te-Loth. 
+1027/1033 
LIUTGARDE EVA ERMENTRUDE X 
= ARNOUL = GERARD ab = THIETMAR 
cte Westfrise cte Metz 
Tableau № 10: La famille d'Ardenne 
Extrait de Régine LE JAN, Famille et pouvoir (cf. note 2). 
Tous les fils de Wigeric, à l'exception peut-être de Sigebert dont on ne sait rien, furent pour¬ 
vus d'un honor, laïque ou ecclésiastique: Adalbéron obtint l'évêché de Metz, Cozlin le 
comté du Bidgau qu'il avait hérité de son père, Giselbert fut comte en Ardenne. Frédéric 
devint ensuite duc de Haute-Lotharingie et Sigefroid comte de Luxembourg. 
Aux générations suivantes, alors même que les honores étaient patrimonialisés et régulière¬ 
ment transmis de père en fils, aucun système lignager au sens strict du terme ne s'organisa 
pour concentrer hiérarchiquement les honores en mettant au service du lignage principal la 
parenté cognatique et les fidèles. Les deux duchés qui furent créés en Lotharingie procédai¬ 
ent d'une réforme administrative qui tenait compte des entités géographiques, mais qui ne 
sanctionnait pas des concentrations déjà réalisées. 
Il y a à cela plusieurs raisons. La première vient de ce qu'à partir des années 920, l'organi¬ 
sation d'un puissant lignage ottonien empêcha la formation de grands lignages princiers 
entre Meuse et Rhin. Les Ottoniens conçurent un ordre européen qui s'appuyait sur des 
bases familiales, en rassemblant la parenté cognatique dans un système hiérarchique. Leurs 
alliances avec les familles lotharingiennes les plus puissantes empêchèrent celles-ci de 
mener leur propre jeu en contrariant les tendances lignagères qui auraient pu s'y dévelop¬ 
per. Le mariage de Gerberge avec Giselbert avait pour but d'assurer au roi de Germanie la 
fidélité de la puissante famille des Régnier en neutralisant ses velléités d'indépendance. 
Après la disparition d'Otton de Verdun en 944 et celle du jeune Henri, fils de Giselbert et 
de Gerberge, Otton installa comme duc en Lotharingie Conrad le Rouge à qui il donna sa 
fille Liutgarde en mariage.79 Les Ottoniens étaient également alliés à la famille d'Ardenne: 
79 Voir BARTH, Der Herzog .., op.cit. (note 67), p. 106-108. 
84
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.