Full text: Sprachenpolitik in Grenzregionen

Introduction 
La langue comme le moyen de communication le plus important de l’homme a 
deux effets plutôt contradictoires: La langue commune unit les gens tandis que 
la diversité des langues les sépare. Voilà pourquoi la langue sert souvent de 
symbole d’appartenance ou d’exclusion, un symbole qui peut être utilisé avec 
des conséquences parfois néfastes. Je me borne à mentionner le schibboleth de 
l’Écriture sainte (Juges XII,6) ou le mot ciciri employé lors des Vêpres sici¬ 
liennes. Ce n’est guère étonnant que plusieurs langues emploient des mots 
provenant du domaine linguistique pour désigner un étranger: tel le mot grec 
/3ap/3apoç ou slave nëm- (dont nëmec ,étranger‘ ou ,Allemand4). Les deux 
mots sont selon toute vraisemblance d’origine onomatopéique et désignaient des 
paroles inintelligibles, nëm- signifiant plus tard ,muet‘. 
L’effet unifiant de la langue commune et séparant des langues diverses fut 
reconnu très tôt et pris en considération dans le calcul politique. La première 
expression symbolique de ce fait se trouve dans l’histoire de la tour de Babel 
(Gen. XI). Depuis cette époque lointaine maintes formes de politique linguis¬ 
tique ont été développées, avant tout au 19ème et 20ème siècle. L’exemple le 
plus récent en Europe est l’ancienne Yougoslavie où „l’épuration ethnique“ 
était toujours accompagnée d’une „épuration linguistique“. 
Quand la politique linguistique est employée par la politique à ses propres fins, 
celle-ci abuse des faits linguistiques pour un but non-linguistique. Dans ces cas, 
la politique linguistique sert surtout à justifier des frontières existantes ou un 
remaniement des frontières. De ce fait, il est peu surprenant que la politique 
linguistique joue un rôle très important dans les régions frontalières. Les ré¬ 
gions frontalières sont souvent soumises à des mesures glottopolitiques desti¬ 
nées à servir avant tout les buts politiques de l’état entier et non pas les intérêts 
de la population de ces régions. D’autre part les mesures glotto-politiques d’en¬ 
vergure nationale sont souvent particulièrement accentuées dans les régions 
frontalières. C’est à cause de cela que les régions frontalières offrent un intérêt 
particulier pour l’analyse de la politique linguistique. 
Guidé par ces considérations, le réseau de recherche interdisciplinaire „Régions 
frontalières et zones d’interférences“ de la Faculté des Lettres de l’Université 
de la Sarre organisa un symposium. Depuis quelques années ce réseau s’occupe 
des problèmes de la typologie et de l’évolution des frontières ainsi que des 
influences mutuelles de différentes frontières („naturelles“, politiques, cultu¬ 
relles, religieuses, linguistiques, etc.) et de l’influence de ces frontières sur la 
vie et la mentalité de la population des régions frontalières. Ce réseau de 
recherche réunit plusieures disciplines: géographie, préhistoire, histoire et his¬ 
toire des langues et des littératures romanes, germaniques et slaves. Les 
recherches se concentrent avant tout sur la région Sarre-Lor-Lux qui se situe 
17
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.