Full text: Stadtentwicklung im deutsch-französisch-luxemburgischen Grenzraum

ment pensables dans d’autres régions, dont l’ancrage national serait moins fragile. 
Dans le même temps, la succession accélérée des hégémonies nationales, avec sa 
démesure à l’occasion absurde suscite la recherche de nouvelles formes d’identité à 
la fois réduite à l’échelle régionale et étendue à une dimension européenne trans¬ 
nationale. 
Dans les épisodes évoqués ici, les lignes de front culturelles et politiques sur lesquelles 
l’historiographie classique du Mouvement moderne a fondé son discours ne coïncident 
guère. Les dirigeants totalitaires du Nazisme apportent leur soutien à des variantes 
différenciées du modernisme, alors que les démocrates et les antifascistes français font 
confiance à des traditionnalistes raffinés. Ces renversements de position qui peuvent 
sembler étonnants marquent les limites d’une histoire fondée sur l’opposition entre les 
"bons" modernes et les "méchants" traditionnalistes. Une problématique historique 
prenant en compte l’après-modemisme, mais aussi les démarches pas clairement 
progressistes dans toute leur ampleur devient ainsi à la fois possible et indispensable 
pour penser l’architecture du XXe siècle dans toute son hétérogénéité. 
Si nous revenons, d’ailleurs, à l’acception originale du terme d’avant-garde, qui n’est, 
après tout, rien d’autre qu’un détachement militaire marchant en avant du gros de 
l’armée, nous devrions nous demander où sont les armées architecturales en question 
et vers où elles marchent, dès lors qu’elles rejoignent et absorbent les éclaireurs. Les 
fragiles traces laissées par les avant-gardes sont le plus souvent rendues illisibles par 
les solutions massifiées et brutales qui les suivent. Il n’est donc pas inutile de garder 
l’oeil sur quelques - unes de ces pistes historiques, même si aucune distinction définiti¬ 
ve et convaincante ne peut être faite entre des formes de modernisation jugées 
positives et des formes jugées négatives. 
Nous devrons, en conclusion, relever que T'incomplétude" du projet de la modernité 
ne s’inscrit pas seulement dans les circonstances de l’histoire du XXe siècle, mais 
aussi, dès le départ, dans l’ambiguité politique des stratégies de la modernité elles- 
mêmes, confirmée non seulement par les enquêtes portant sur des tendances se 
projetant sur la longue durée, mais aussi par les analyses restreintes à des zones de 
conflit plus limitées dans le temps et dans l’espace, comme celles dont il est question 
ici. Et même si le projet moderne devait demeurer inachevé d’un point de vue social, 
il reste pour l’architecture en tant que style du XXe siècle largement utilisé; les autres 
propositions, délaissées par l’historiographie ou déclassées sous prétexte qu’elles 
étaient non modernes ont pris un intérêt nouveau. 
Nous pensons avoir contribué à ce reclassement, dans notre tentative pour rompre 
avec les connotations habituelles associant les systèmes politiques avec des orienta¬ 
tions stylistiques aimées ou détestées et pour cesser de considérer l’année charnière 
1945 comme une simple ligne de fracture, afin d’y voir plutôt la pierre de touche de 
continuités jusqu’ici estompées. 
316
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.