Full text: Die alte Diözese Metz

A. L’évêque, ses châteaux et ses vassaux. 
Peu après que la puissance de l’évêque et de l’évêché de Metz eut été reconnue et 
soulignée, les princes laïcs s’y attaquèrent en profitant de l’affaiblissement passager 
de prélats qui appartenaient au camp pontifical contre l’empereur, et à qui manquait 
désormais l'appui du souverain. Les adversaires de l'évêque se jetèrent sur ses biens 
éloignés, comme Epinal et Deneuvre, et sur le Saulnois, riche en sel. Les Gesta. qui 
forcent un peu la note, déclarent qu’à la fin il ne restait plus à Etienne de Bar, devenu 
évêque en 1120, que la cour de Remilly. La reconquête du patrimoine commença très 
vite; Etienne coiffa le casque et partit réoccuper les châteaux qui lui échappaient. Il 
mit à la raison des avoués-châtelains, quitte à faire de longs sièges, comme celui de 
Pierre-Percée, et n'hésita pas à affronter le duc de Lorraine et les soldats du comte de 
Bar, son frère. Il fit la guerre contre des forteresses aussi solides que Dieulouard et 
Prény. L’énoncé de ses hauts faits conduit le rédacteur des Gesta à nommer dix-sept 
châteaux et forteresses, auxquels il eut affaire. Les successeurs d’Etienne ne furent 
pas en reste, et achetèrent d’autres châteaux, Haboudange, Varsberg, Raville, inter¬ 
vinrent à propos de Sierck et de Conflans, se firent confirmer Sarrebruck. 
Durant tout le XIIe siècle il semble que l’évêque attaque autant qu’il se défend, qu’il 
se place sur un pied d’égalité avec les grands laïcs qui bâtissent leurs seigneuries. Et 
pourtant l’évêque a alors fort à faire dans ses fonctions de chef du diocèse au moment 
où le clergé séculier prend conscience de son rôle, au moment où tant de nouveaux 
monastères sont fondés, quand les paroisses changent de patrons pour passer aux 
moines et aux chanoines. Assimilant son combat à celui des princes et des barons, 
l’évêque use des voies vassaliques pour gouverner. Il ne peut éviter de confier cer¬ 
tains de ses territoires en fief à des comtes et des avoués. Très vite une distinction 
importante doit être faite entre les vassaux qui gèrent de façon indépendante le fief 
qu’ils ont reçu et ceux qui demeurent des agents dociles, comme châtelains et avoués. 
Les châteaux et territoires lointains ont été cédés à des vassaux indépendants qui 
créent des comtés: Sarrebruck, Blieskastel, Sarrewerden, Salm, ou des seigneuries: 
Commercy, Apremont. De toutes ces inféodations on n’a que deux traces très brèves: 
une notice tardive et inscrite par hasard dans un livre liturgique a conservé le souve¬ 
nir de l’inféodation d'Apremont fait à un ministérial de Verdun, qui devint seigneur 
du lieu et fonda une seigneurie dans la Woëvre. Une mention fugitive indique que 
Hermann de Luxembourg et de Salm est devenu le miles (entendons vassal) de 
l’évêque de Metz, et l’on peut penser que le fief reçu était l'abbaye de Senones sur le 
territoire de laquelle fut érigé plus tard le château de Salm en Vosges. On peut imagi¬ 
ner que les comtes de Blieskastel ont succédé aux comtes du Bliesgau et que l’évêque 
est devenu leur suzerain; pour Sarrebruck, il n’y pas d'explication analogue. Tout au 
long du XIIe siècle, alors que régulièrement des hommages ont dû être prêtés, rien ne 
filtre des relations féodo-vassaliques contrôlées par le prélat. A lire les actes des 
évêques de Metz de cette époque, on croirait qu’ils se sont tenus hors du régime 
féodal. 
79
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.