Full text: Die alte Diözese Metz

2° Au XVIIIe siècle, les missions de la réforme catholique 
En cette fin du XVIIe siècle, il y avait déjà longtemps que les hommes d’Eglise les 
plus lucides et les plus expérimentés ne croyaient plus à l’effet des missions pour con¬ 
vertir les protestants. Tout n'était-il pas très mal engagé à partir du moment où le 
pouvoir royal prenait tant d’intérêt à l’affaire et en venait à utiliser - comme cela 
s’était produit dans toute la France après 1685 - les missionnaires comme de simples 
instruments d'une politique? Dès 1686 - 1687 les Jésuites alsaciens ainsi que les auto¬ 
rités ecclésiastiques du diocèse de Strasbourg étaient parfaitement conscients de 
l'inutilité des conversions massives de protestants. Ne valait-il pas mieux se consacrer 
au renforcement des communautés catholiques et à l’approfondissement de leur vie 
religieuse?18. On en revint donc à l’esprit originel de la mission conçue comme un acte 
de conversion, de renouvellement intérieur, pour des populations rurales oublieuses 
de l’enseignement évangélique. 
L’exemple venait cette fois-ci de l'Ouest, de ces collèges de la Compagnie établis à 
Nancy, à Pont-à-Mousson, à Epinal, à Bar-le-Duc et aussi à Metz qui depuis le début 
du XVIIe siècle envoyaient régulièrement des équipes de missionnaires dans de très 
nombreux bourgs et villages de Lorraine19. Le mouvement, comme dans le reste de 
l’Europe, s’était intensifié d’une façon considérable, à partir de 168020. Selon une 
enquête récente, les seuls prédicateurs des collèges de Nancy et de Pont-à-Mousson, 
avaient accompli, entre 1680 et 1768, 349 missions21. Il faut dire que le prince était 
pour beaucoup responsable de cette activité considérable. Une des premières déci¬ 
sions prise par le roi de Pologne, Stanislas Leszczinski, devenu duc de Lorraine, fut 
de fonder l’œuvre des «missions royales» (1739). Dotée de fonds considérables, 
600.000 francs, l’institution avait un double but : former des missionnaires ruraux et 
diriger leurs travaux dans tout le duché avec une préférence pour les zones les plus 
deshéritées. «Les missionnaires devaient être au nombre de huit, sous l’autorité d’un 
Supérieur, et logés au Noviciat. Le ressort de leur activité embrassait tous les Etats de 
Sa Majesté Polonaise, c’est-à-dire la plus grande étendue des diocèses de Tout et de 
Verdun et partie des diocèses de Metz et de Trêves. Chaque année, les prédicateurs 
étaient tenus de donner un ensemble de 12 missions de 3 ou 4 semaines : 6 pour le 
seul diocèse de Toul, 6 pour les autres diocèses, dont 2 en langue allemande. La 
désignation des paroisses, du nombre des missionnaires, de l’époque, des dates ex¬ 
trêmes des exercices, revenait aux évêques respectifs»22. A Dieuze et dans sa région 
ce furent les Jésuites de Nancy qui vinrent prêcher et catéchiser en vertu d'anciennes 
fondations. Ils poursuivirent avec régularité leur action tout au long du XVIIIe siècle, 
grâce à l’œuvre du roi Stanislas. Après leur départ, en 1768, les religieux de la congré- 
IB Châtellier, op. cit. (cf. note 12) p. 259-341. 
19 AD MM H 2232, Tableau des missions des Collèges de Lorraine (vers 1778); Delattre, op. 
cit. (cf. note 6), T. III, col. 229-303, voir col. 264-269. 
20 Louis Châtellier, De «la crise de consciencé européenne» aux missions rurales : change¬ 
ment religieux dans les campagnes au début du XVIIIe siècle, Histoire, Economie et Société, 
n° 2/1989, p. 237-248. 
21 Olivia Caneau, Les missions des Jésuites en Lorraine au XVIIIe siècle, mémoire de maîtri¬ 
se, université de Nancy II, 1989,160 p. + annexes, dactylographié, p. 52. 
22 Delattre, op. cit., t. III, col. 756-768. 
216
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.