Full text: Lotharingia

connues, qu'Adelbold de Lobbes était en relation avec l'ancien écolâtre de Reims. Nous 
savons que des clercs formés à Chartres, Radulf de Liège et Raginbold de Cologne ont com¬ 
menté dans neuf lettres des problèmes de géométrie. On a supposé que le manuscrit 225 de 
Ripoll qui contient un commentaire de l'astrolabe avait été copié en Lotharingie.24 
Cette renaissance humaniste n'empêche pas les Lorrains de s'intéresser aux textes religieux. 
Ils copient les manuscrits liturgiques, ils composent des oeuvres hagiographiques. Ceci est 
pour l'avenir important. En effet les Lorrains vont jouer un grand rôle dans les débuts de la 
réforme de l'Eglise de Rome au XIe siècle. En l'an Mil l'école de Toul est encore en plein 
essor. L'évêque Bertold (995-1019) reconstruit la cathédrale et accepte le jeune Bruno 
d'Eguisheim, fils d'un aristocrate alsacien. Le jeune homme retrouve des cousins, Thierry de 
Bar, Adalbéron, futur évêque de Metz (Adalbéron IV). C'est ce dernier qui conseille Bruno 
d'apprendre le latin et le comput. Bruno devient chanoine puis chapelain de Conrad II, 
pour finir sur le trône de saint Pierre sous le nom de Léon IX. Ce pape s'entoure de Lorrains 
cultivés comme lui, Hugues Le Blanc de Remiremont, Odon de Toul, Humbert de Moyen- 
moutier. Ces hommes étaient instruits, savaient peut-être le grec, il n'était pas tout à fait 
oublié en Lorraine. Leur science profane servira de base à leur science religieuse. 
24 P. Riché, Ecoles et enseignement... p. 26 7 et s.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.