Full text: Lotharingia

but? La lettre ne le dit pas, mais il est permis de supposer qu'en demandant ainsi un moine 
qualifié, Advence songeait déjà à réformer les monastères de son diocèse et peut-être pré¬ 
cisément Gorze. Advence intervint encore en 864 pour approuver des donations faites par 
l'abbé Betto.134 La carrière de l'abbé Betto semble avoir été de courte durée, il n'apparaît 
plus dans un échange de biens fait par le prévôt de Gorze, Waltarius, du consentement de 
l'évêque de Metz;135 si Betto est décédé, Advence ne semble pas avoir éprouvé le besoin de 
nommer un autre abbé régulier et garde, comme l'avait fait Drogon, le contrôle direct du 
monastère. En 876, Louis le Germanique donnant une villa à Gorze dit agir à la demande 
des moines.136 Cette même année, Gorze retrouve un abbé, Bovo, déjà nommé comme 
prévôt137 dans un échange de biens daté de 871.138 139 Assez curieusement, contrairement à 
Drogon, Advence ne prit pas le titre d'abbé de Gorze; toutes les suppositions sont permises: 
Betto était-il encore vivant et empêché d'exercer sa charge? C'est peu probable, gravement 
malade, il aurait pu être remplacé, absent, il aurait été nommé dans les chartes. Les moines 
de Gorze et Advence attendaient-ils de trouver un moine capable d'exercer cette charge? Il 
est plus simple de penser qu'Advence, pour des raisons que nous ignorons avait refusé de 
nommer un abbé et préféré garder le contrôle du monastère tout en laissant la porte ouverte 
à une future élection en ne prenant pas lui-même le titre, ce qui préservait l'apparence de 
régularité du monastère. Après la mort d'Advence, peut-être dès avant l'élection de son suc¬ 
cesseur, Wala, le 21 mars 876, les moines se sont donc donné un nouvel abbé. 
A travers les diplômes souscrits par Louis le Germanique en faveur d'un certain nombre 
d'abbayes du diocèse de Metz en 876, il semble que, dès après la mort d'Advence, moines 
et moniales se soient empressés de faire valoir leurs droits auprès du roi: quia fratres ex coe- 
nobio sancti Pétri nec non et beatisssimi Gorgonii eximii martiris Christi post obitum Adven- 
tii episcopi nostram adeuntes clementiam reclamando innotuerunt, quod substantia et vie- 
tus illorum minus deerant necessaria.u9 Que signifie cet empressement? Advence était-il un 
protecteur si efficace que les établissements monastiques se soient trouvés dans le plus 
grand désarroi après sa mort ou cela signifie-t-il au contraire que ses mauvaises relations 
avec Louis le Germanique avaient empêché de son vivant des démarches similaires? Faute 
d'autre documents que ces quelques lignes répétées à quatre reprises pour quatre monastè¬ 
res différents, on ne peut trancher définitivement. 
A la différence de son prédécesseur,140 Advence ne fut donc abbé d'aucun des monastères 
de son diocèse, par contre, il fut comme eux, abbé séculier d'un établissement situé en 
dehors de son diocèse, Saint-Trond, au diocèse de Liège.141 Les Gesta abbatum Trudonen- 
134 D'HERBOMEZ, Cartulaire..., (note 11) № 62, p. 112-114. 
135 Ibidem, № 64, p. 116-118. 
136 Ibidem, № 68, p. 123-125; M.G.H. DD ex stirpe Karolinorum I, № 169, p. 237-238. 
137 D'HERBOMEZ, Cartulaire..., № 71, (note 11 ) p. 1 29-130, qu'il faut dater de 876, ibidem, note 71, 
p. 461-462. 
138 Ibidem, № 65, p.118-119. 
139 M.G.H., DD ex stirpe Karolinorum, 1, p. 231 à 236, № 166, et, dans des termes similaires, pour Saint- 
Arnoul, № 167 et pour Sainte-Glossinde, № 168; Gaillard, Les abbayes..., (note 2) p. 273. 
140 GAILLARD, Les abbayes...., (note 2) p. 268-269. 
141 G. B O ES, L'abbaye de Saint-Trond des origines à 1155, Saint-Trond, 1970, particulièrement p. 67 à 
70; Monasticon belge, VI, province de Limbourg, Liège, 1976, p. 13-73. 
112
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.