Full text: Lotharingia

Arnual par le roi Théodebert. La date de ce diplôme, antérieure à la consécration d'Ad- 
vence (7 août 858129), pose un premier problème qui ne peut être résolu. H.-W. Herrmann 
et E. Nolte pensent que les historiens modernes n'ont eu sous les yeux qu'une version 
française d'un diplôme qui ne serait pas un faux mais une interpolation du XlVe siècle.130 
Grâce au cartulaire de Gorze, nous en savons un peu plus, de l'action d'Advence en faveur 
des monastères de son diocèse. Dès le début de son épiscopat, Advence ordonne le trans¬ 
fert de biens autrefois tenus en précaire du monastère de Gorze par un certain Alledeus; il 
prend la précaution de préciser que le registre de Saint-Etienne possède les délimitations 
exactes de ces biens et confie le soin au gardien de l'autel d'utiliser leurs fruits, pour que 
des messes quotidiennes soient dites en sa mémoire et le luminaire assuré à l'autel de sainte 
Marie et de saint Gorgon dont l'oratoire se situe dans le monastère de Gorze;131 dans cette 
charte l'abbé, probablement déjà Bivin, le frère de Theutberge, n'est pas nommé. Advence, 
peut-être méfiant, a pris les mesures nécessaires pour que ces terres et leurs revenus ne 
soient pas détournés de l'usage auquel il les a destinés. 
En 863,132 Advence rend l'abbaye à l'observance régulière. Cette réforme intervient alors 
que Lothaire, grâce à l'appui de l'épiscopat de son royaume et des légats pontificaux, a cru 
pouvoir renvoyer Theutberge; sans doute l'abbé laïc de Gorze, Bivin, fut-il entraîné dans la 
disgrâce de sa belle-soeur, ce qui donne à Advence les mains libres pour procéder à la 
réforme du monastère. Avec l'approbation du roi Lothaire, il décrète le retour de toutes les 
terres soustraites au monastère depuis la mort de Drogon et nomme un abbé régulier Betto 
qu'il faut sans doute identifier avec le moine Betto que Charles le Chauve nomme dans sa 
lettre; quoique effectuée après le concile de Metz, cette réforme fut sans doute préméditée: 
la lettre de Charles le Chauve nous apprend en effet que Betto avait été élevé dans un 
monastère du royaume de Charles et avait été concédé par celui-ci à Advence;133 dans quel 
129 OEXLE, Die Karolinger..., (note 23) p. 351. 
130 H.-W. HERRMANN et E. NOLTE, Zur Frühgeschichte des Stiftes St. Arnual und des Saarbrücker 
Talraumes, in: Zeitschrift für die Geschichte der Saargegend, 1971, p. 52-122 (particulièrement 
p. 69-78). Sur cet établissement, on peut aussi consulter, E. ROTH, Die Ausgrabungen in der Stifts¬ 
kirche St. Arnual, in: Stiftskirche St. Arnual, Wiederindienstnahme am 18. September 1994. 
131 D'HERBOMEZ, Cartulaire..., (note 11) № 58, p. 104-106: Adventius nomine, non merito Mettensis 
ecclesie episcopus, pro divino intuitu, super aram sancte genitricis Mariae, seu almi Gorgonii, cuius 
oratorium in monasterium quod vocatur Gorzia (...) quicquid memoratus Elledeus per precariam 
tenuit (...), que habet terminationem de ambobus lateribus et ambadus frontibus ratio sancti Stephani, 
tradere decrevi, videlicet ut, nostris futurisque temporibus, in augmento nostre mercedis custos eius¬ 
dem altaris easdem res in sua recipiat obedentia, scilicet ut, ob nostram memoriam, de fructibus 
ipsius, cotidiane oblationes eiusdem sancte Dei genitricis ac sancti Gorgonii are fideliter imponuntur 
et luminaria procurantur... 
132 Ibedem, № 60, p. 106-110; sur cette restitution, voir GAILLARD, Les abbayes..., (note 2) p. 271-272. 
133 Lettre de Charles le Chauve (n. 24): hunc fratrem nomine Bettonem nobis fidelem, ut credimus, in 
monasterio regni nostri ab infantia regulariter educatum et nostra munificentia, sicut inter nos conve¬ 
nit, sibi concessum...; un autre Betto est nommé dans un diplôme de Charles le Chauve, daté du 12 
juillet 856, confirmant un échange de biens entre l'abbé de Saint-Denis et Betto, qualifié de vir illuster 
(G. TESSIER, Recueil des Actes de Charles II le Chauve, Paris, 1943, vol. 1, 185, p. 488-491); il est 
peu probable qu'il s'agisse de la même personne, puisque le Betto nommé dans la lettre de Charles le 
Chauve est dit avoir été éduqué dès l'enfance dans un monastère, toutefois, un lien de parenté ne peut 
être exclu. 
111
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.