Full text: Beiträge zur Geschichte der frühneuzeitlichen Garnisons- und Festungsstadt

mand, anglais, italien) ; réédition augmentée, Le Livre de Poche, Pluriel, 1977. 
Robert Mandrou, Louis XIV en son temps, Paris, P.U.F., 1973. 
II. Sur les années 1680. 
The Peace of Nijmegen, 1676—1678/79, La Paix de Nimégue, Actes de Colloque internatio¬ 
nal du tricentenaire, APA, Holland University Press, 1979. 
III. Sur les problèmes démographiques 
François Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, Colin, 1975 
Jacques Dupaquier, La population française aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, P.U.F., Que 
sais-je?, 1979. 
IV. Sur les problèmes économiques 
Braudel, Labrousse et collaborateurs, Histoire économique et sociale de la France, t. 2, 
1660—1789, Paris, P.U.F., 1970 
Jean Meuvret, Le problème des subsistances à l’époque Louis XIV, 2 vol., Mouton, 
Paris-La Haye, 1978 
Id-, Etudes d’histoire économique, Cahier des Annales, n° 32, Colin, 1971. 
V. Problèmes administratifs et financiers 
Roland Mo us nier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, 2 vol., Paris, 
P.U.F., 1974 et 1980. 
Pierre Goubert, L’Ancien Régime, 2 vol., Paris, Colin, 1969 et 1973. (et pour le renouvel¬ 
lement des idées :) 
Daniel Dessert, Finances et société au XVIIe siècle, dans Annales E.S.C., 1974, p. 
847—881. 
ID. et Jean-Louis Journet, Le lobby Colbert : un royaume, ou une affaire de famille, même 
revue, 1975, p. 1303—1336. 
NB : On s’en est tenu à la bibliographie en français, parce qu’on suppose les autres connues. 
Presque tous les ouvrages cités renvoient à d’autres ouvrages et articles. 
Diskussion 
Tadensz Roslanowski, Warschau: On pourrait reposer la question de la rentabi¬ 
lité des fortifications de la manière suivante : « Est-ce que ces investissements étaient 
justement au niveau de l’économie, de la démographie françaises sous Louis XIV, ou 
bien au dessus de ses possibilités de façon qu’ils ont été suivis par une crise inévita¬ 
ble ?» — Seconde remarque : Je trouve, dans cette image de l’Europe politique de la 
seconde moitié du 17 eet du début du 18e siècles, une vue assez unilatérale. Or, vous 
avez recensé seulement l’occident. Mais, dans cette balance des forces politiques qui 
s’est jouée à l’époque sur notre continent, plus que la moitié a été en quelque sorte 
bloquée par un jeu de forces à part. C’était d’un côté la Suède avec toutes les appendi¬ 
ces qu’elle détenait à l’époque et qui bloquaient la mer Baltique et toute cette zone-là. 
Et c’est seulement le brisement de cette puissance qui a permis l’ascension de la puis¬ 
sance moscovite. D’autre côté, c’était la puissance turque, déjà en défaillance, mais 
assez forte encore pour se porter au siège de Vienne et pour se faire dangereuse à 
toute l’Europe chrétienne. Et tertio, c’était une Pologne, anarchique déjà et en déca¬ 
71
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.