Full text: L' esprit, acte pur

68 
i/esprit, acte pur 
donc inconnaissables dans leur individualité pour saint 
Thomas, comme elles le sont pour tout nominaliste. 
Les choses ne deviennent guère mieux connaissables à la 
lumière du concept universale ante rem. Cet universel, étant 
lui aussi bien différent des deux autres, ne peut par con¬ 
séquent garantir la valeur du troisième qui se réalise dans 
l'intelligence de l’homme. D'autre part, la réalité de l’uni¬ 
versel, qui s’actue dans la chose individuelle mais est 
déjà réalisée dans l’intelligence divine, étant présupposée 
à cette même chose, rend incompréhensible ce en quoi 
pourrait consister son actuation ultérieure, puisqu’elle 
est déjà parfaitement réalisée avec toutes ses détermina¬ 
tions possibles dans l’idée, que Dieu ne se résoudrait jamais 
à réaliser si elle était imparfaite. 
La conclusion inévitable est donc que Y universale ante 
rem reste lui aussi isolé, enfermé dans sa pure idéalité, en 
dépit de la compagnie de ses frères in re et post rem, et 
ne saurait nous expliquer l’être du particulier. Si le monde 
est précédé par sa propre idée, et si celle-ci est réelle 
(c’est-à-dire réalisée), le monde devient impossible. Or 
cette constatation nous met en présence d'une antinomie 
insoluble : la réalité du particulier reste incompréhensible 
sans la réalité de l’universel, et la réalité de l’universel 
rend incompréhensible la réalité du particulier. 
6. L’antinomie des universels. — Cette seconde anti¬ 
nomie est encore plus angoissante et irritante que celle qui 
surgit de la recherche du principe individualisant. Et cela 
parce que l’universalisation du particulier est une condition 
sine qua non de sa conception. On peut même affirmer que 
penser le particulier et l’universaliser ne sont qu’un seul et 
même acte. Et sans particulier, hic et nunc, il n’y a pas de 
nature et tout ce qui est concret, la vie de notre vie, nous 
échappe et s’évanouit. D’autre part, universaliser équivaut 
à idéaliser, et à voir s’évanouir également, quoique de façon 
opposée, toute la réalité qui est toujours particulier, indi¬ 
vidu, chose déterminée. 
7. Descartes, la métaphysique et Vempirisme. — Avec 
Descartes la philosophie commença à se soustraire nette¬
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.