Full text: L' esprit, acte pur

LE PROBLÈME DE LA NATURE 
59 
des deux termes engendre l’unité qui constitue l’individu. 
Nous les voyons, séparés en deux camps, se combattre d’au¬ 
tant plus longuement qu’ils ont des raisons invincibles 
pour soutenir que le principe d’individualité est dans la 
forme, et de tout aussi invincibles raisons pour soutenir qu’il 
est dans la matière. Aussi opposent-ils thèses et antithèses 
à thèses et antithèses, sans pouvoir échapper à cette 
insoluble antinomie. 
Il est évident en effet que si la dualité est admise, il 
devient nécessaire, pour comprendre le rapport des deux 
termes, qui n’est pas un rapport a priori dont puisse 
dépendre l’être de chacun des deux termes, d'opter pour 
l’un des deux : penser d’abord et seulement la matière, ou 
bien d’abord et seulement la forme. Car penser ensemble 
l’une et l’autre est impossible dès que l’hypothèse de la 
dualité est admise, la dualité impliquant que chacun des 
deux termes est ce qu’il est en dehors de l’autre et 
l’excluant pour ainsi dire. 
Or, en considérant la matière en tant que matière, on a 
devant soi un pur indéterminé, incapable d’une auto¬ 
détermination quelconque, et qui ne peut par conséquent 
être individualisé que grâce à son opposé, la forme, qui 
devient ainsi le principe individualisant. Mais cette déduc¬ 
tion n’est légitime qu’autant qu’elle admet la déduction 
contraire. Elle n’est en effet possible que grâce au concept 
de la matière abstraite, qui suppose le concept de la forme 
abstraite. Pour nier celle-ci, il faudrait nier celle-là, matière 
complètement indéterminée, et détruire ainsi la base même 
de la déduction que nous avons faite. 
Considérons maintenant la forme en tant que forme, 
et le même terme qui, pris au point de vue précédent, nous 
apparaissait comme la cause essentielle de toute détermina¬ 
tion, nous apparaîtra non plus déterminant mais exclusi¬ 
vement déterminable et absolument indéterminé. La forme, 
dans sa pure idéalité, ne saurait être que la possibilité de 
tous les individus particuliers, et non l’un de ces individus 
possibles. Il faut qu’elle s’incorpore et se détermine comme 
un être particulier, et une telle incarnation ne peut être 
ni une autotransformation ni une autogénération. Comme
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.