Full text: L' esprit, acte pur

38 
l’esprit, acte pur 
cessus végétatif, c’est-à-dire du développement de la plante 
comme différenciation progressive et multiplication de 
l’unité primitive. Dans cet exemple, on croit concevoir le 
développement de la plante, tandis qu’en réalité il n’en est 
rien, car la plante ne se développe et vit non pas en étant 
simplement la succession de divers états, mais bien en étant 
l’unité de tous ses états, à partir du germe îui-même. Et 
lorsqu'on oppose le germe et la plante minuscule, à peine 
surgie du sol, à l’arbre qui étend déjà ses branches, l'on cesse 
de considérer la plante vivante pour rapprocher deux images 
abstraites, comme on rapprocherait deux photographies 
inanimées représentant une personne vivante, et l’on a 
devant soi la multiplicité, au lieu de la réalité qui va se 
multipliant à travers diverses formes mais reste toujours 
une. Un autre exemple de la même erreur, emprunté 
aux systèmes philosophiques et scientifiques, nous est 
offert, d’un côté, par l’ancienne physiologie vitaliste, et de 
l’autre, par la physiologie mécaniste qui, ayant prévalu 
durant le siècle dernier, tomba dans la même erreur que la 
première, précisément par réaction envers celle-ci, et 
aussi, bien entendu, parce que les extrêmes se touchent. 
Le vitalisme faisait de la vie l’antécédent nécessaire 
ou le principe des diverses fonctions organiques. Il la con¬ 
sidérait comme une force organisatrice, au-dessus de toute 
spécification particulière de structure ou de fonction. Le 
mécanisme abolit cette unité antécédente aux divers pro¬ 
cessus organiques qui devinrent ainsi, privés de cette base, 
de simples processus physico-chimiques. Et il rêva d'une 
unité posthume, postérieure au jeu multiforme des forces 
physico-chimiques que l’analyse positiviste découvre dans 
tout processus vital. Pour les mécanistes la vie ne fut plus 
principe mais résultat, et ils crurent substituer à une ex¬ 
plication métaphysique, ayant son point de départ dans 
une idée ou dans une entité purement idéale, une 
explication vraiment scientifique et positive, parce que le 
nouveau point de départ était constitué par des phéno¬ 
mènes qui, pris un à un, pouvaient être objet d’expérience. 
Us crurent, avons-nous dit, mais bien à tort. En réalité, 
la métaphysique spiritualiste et finaliste venait à être
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.