Title:
Le péage lorrain de Sierck-sur-Moselle
Creator:
Yante, Jean-Marie
Work URN:
urn:nbn:de:bsz:291-sulbdigital-258199
PURL:
https://digital.sulb.uni-saarland.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:bsz:291-sulbdigital-259038
Chapitre 7 
Le trafic dans les années 1520 à 1549 
Le revenu du tonlieu luxembourgeois de Remich plafonne jusqu’aux environs de 
1550, non sans accidents dans les deux dernières décennies, puis s’effondre1. Les 
guerres opposant Charles Quint et François Ier provoquent passages et séjours de 
troupes dans la région mosellane. En 1542, une armée française de 28 000 hommes 
envahit le Luxembourg. Charles d’Orléans, fils de François Ier, recule toutefois 
devant le siège de Thionville. La paix conclue à Crépy-en-Laonnois (14 septembre 
1544) n’amène qu’une courte trêve. Le conflit renaît sous Henri II: en 1552, 
Charles Quint met le siège et échoue devant Metz défendue par François de Guise; 
la même année, les Français enlèvent Rodemack; six ans plus tard, le duc de Guise 
s’empare de Thionville2. 
Le trafic au péage lorrain de Sierck porte la marque de cette conjoncture politico- 
militaire. Avec 329 taxations, 1520 dépasse d’une courte tête l’excellent score de 
1494 (320). De 1524 à 1537 (5 exercices complets), la barre se place quelque 30 
% plus bas: enregistrement de 206 à 267 impositions. Après la paralysie du trafic 
dans les années 1542 à 1544, les exercices 1545 (171 taxations), 1547 (186) et 1549 
(229) attestent une assez prompte reprise. 
Plusieurs constatations formulées pour le début et la fin du XVe siècle s’imposent 
à nouveau. À l’une ou l’autre exception près3, le trafic ne connaît pas de véritable 
mois creux (graphique X). Des passages records (15 à 20 % du total annuel) s’ob¬ 
servent en début et en fin d’année (février 1535 et 1549, novembre 1524, 1530, 
1537 et 1547). La deuxième constatation concerne les localités participant à ce 
trafic. La plupart n’interviennent qu’occasionnellement (90 au maximum 5 fois), 46 
ne sont même mentionnées qu’à une seule reprise. Trois villes (Trêves, Metz et 
Thionville) réalisent ensemble 57 % des opérations. Le classement de ces places, 
s’adjugeant respectivement 679, 384 et 179 passages, est cependant bouleversé par 
rapport à la fin du XVe siècle. Loin derrière elles s’inscrivent les noms de Baccarat 
(95 taxations), Langemberg (probablement Languimberg à l’ouest de Sarrebourg, 
72 taxations), Rettel (64), Sierck (55), Coblence (48), Cattenom et Raon (34)4. 
La carte de l’origine géographique des imposés (carte VII) fait apparaître d’autres 
constantes: densité des points le long de la Moselle entre Metz et Trêves et, dans 
une moindre mesure, entre Moselle et Sarre, recrutement de transporteurs dans la 
' Cf. graphique I et supra, p. 18. 
2 Pour plus de détails sur ces événements: RAHLENBECK, Metz et Thionville; FELSENHART, Invasion; 
ZELLER, Siège; STILLER, Un siècle; Atten, Rodenmachers letzte Fehde. 
3 1,3% des passages annuels en janvier 1535, 2,7 % en août 1547 et 2,6 % en août 1549 
4 À propos de l’identification de Raon, voir supra, p. 73. 
83
        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.