Full text: Histoire abrégée de Sarrebrück et de ses mines

ce mniracle et, après la bataille de Tolbiac (Zulpich) en 
495, le baptême de (Clovis, à Reims, par l’évêque saint 
Remi, lui donna une consécration solennelle. Le legnum 
Francorum de Clovis comprit toute la Gaule, depuis les 
bouches du Rhin jusqu'aux Pyrénées. La Monarchie 
française jusqu’à la Révolution se considéra toujours 
comme l'héritière directe du fegnum Francorum de 
Clovis : de là, ses légitimes revendications du pays rhé- 
nan, foncièrement hostile à la Germanie, toujours 
menacé par elle de nouvelles invasions et d’incessants 
ravages. 
Dans les partages si souvent modifiés de la monarchie 
franque sous les successeurs de Clovis, Sarrebrück et 
toute la région de la Sarre ne cessèrent jamais de faire 
partie du royaume d’Austrasie, la France de l’Est, 
dont la capitale était Metz. Saint Arnoul (Arnulfus), 
évêque de Metz, l'ancêtre de la famille carolingienne, 
vint fonder un monastère qui devint célèbre et porta 
son nom, Saint-Arnual, aujourd’hui bourg industriel 
incorporé à Sarrebrück. Le saint J mourut en 641, dans 
Une grotte du mont Halbierg, où s’élève, aujourd’hui, le 
château des barons de Stumm. 
Il est remarquable qu’à toutes les périodes de l’his- 
toire, sous les Francs Austrasiens comme du temps des 
Mediomatrices, et plus tard, à l’époque lotharingienne, 
Sarrebrück, chef-lieu du pagus Saravensis (le Sarre- 
gau), ne fut jamais séparée de Metz, la capitale du 
pays. Son sort fut, jusqu’à l’époque moderne, étroite- 
ment attaché à celui de Metz. La politique fut d’accord, 
en ceci, avec les indications de la nature, l’affinité de 
race et les intérêts économiques des habitants. 
Le fond de la population était resté médiomatrice, 
c'est-à-dire gaulois. Lies Francs y introduisirent, avec 
leur dialecte germanique, l’élément ethnique qui leur 
était propre, et qui n’avait rien de commun avec les élé- 
ments saxon, alaman, bavarois, slave et finnois qui 
constituèrent l’Allemagnie et Is Prusse. L'élément franc 
se superposa aux éléments gaulois et gallo-romain et de 
cet amalgame se forma Je pays bilingue qui s’appela 
l’Austrasis, puis la Lotharingie A Ja faveur des
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.