Full text: Zwischen Saar und Mosel

environs de 154014, permet d’apprécier le volume du trafic à quelque 60 kilomètres 
en aval du principal port de jetage, de dégager quelques tendances, de cerner les 
rôles respectifs des Raonnais et autres voileurs15. Présentement limitées aux années 
1476 à 150016, ces investigations ne peuvent être dissociées de celles menées pour 
le trafic mosellan au poste lorrain de Sierck, en aval de Metz17. 
Les techniques de confection des trains de bois ont vraisemblablement peu évolué 
entre le bas moyen âge et le XIXe siècle qui voit l’apogée du flottage, promu au 
rang de véritable service public, avant de connaître après 1871 un déclin rapide et 
inexorable. Sur les ports, où sont amenés mairien et planches sciées, les flotteurs 
préparent les éléments constitutifs des voiles. Ils superposent 7, 8 ou 10 planches de 
mêmes dimensions, les serrent avec des harts (liens formés de jeunes pousses de 
hêtre, de chêne ou de sapin tordues à chaud), rapprochent l’une contre l’autre ces 
piles de planches (tronces) et les accouplent au moyen de traverses. Ces unités de 
flottage, appelées bossets (bossels au XVe siècle)18, sont reliées bout à bout par des 
harts et constituent un train ou une flotte. Le même procédé prévaut pour 
l’assemblage du mairien en bossets19. 
Plutôt que de flottes ou trains, les comptes nancéiens parlent de corroyés20 21. Il s’agit, 
des termes mêmes du tarif du péage, de huict plainches de hault, VIII de loing et 
VIII de travers, soit 512 planches en 8 bossets21. La corroyé est théoriquement 
14 A ce jour, deux comptes seulement, couvrant les mois de septembre 1479 à décembre 1480, ont fait 
l’objet d’une étude systématique: O. Schweyer (voir note 9). 
15 Désignation régionale des flotteurs: G. Baumont, Une industrie disparue: le flottage, in: Bulletin de 
la Société philomatique vosgienne 62 (1958), p. 52. 
Aux XVe et XVIe siècles, des bois vosgiens sont également acheminés par voie terrestre (M. 
Schneider (voir note 10), p. 69 et 77). 
16 Documents mis en œuvre: A.D.M.M., série B, nos 7549 (année 1476), 7551 (1479 partim), 7552 
(1480), 7553 (1481), 7555 (1483), 7558 (1489), 7559 (1488), 7560 (1491), 7561 (1492), 7562 (1493), 
7563 (1494), 7565 (1495), 7566 (1496), 7567 (1497), 7568 (1498), 7569 (1499) et 7570 (1500). 
Compte tenu de leur très mauvais état de conservation, les comptes des exercices 1478 (B 7550), 1482 
(B 7554), 1484 (B 7556) et 1485 (B 7557) ne se prêtent pas à un traitement statistique et, à ce stade de 
la recherche, n’ont pas été exploités. 
17 J.-M. Yante, Le péage lorrain de Sierck-sur-Moselle. 1424-1549. Analyse et édition des comptes, 
thèse de l’École pratique des Hautes Études (IVe section), Paris 1989. 
18 En wallon liégeois, un train de bois flotté se dit bossêye ou boss'lêye (J. Haust, Dictionnaire liégeois, 
Liège 1933, p. 95 et 228). 
19 Guerard, Notice sur les irrigations et le flottage dans l’arrondissement de Saint-Dié, Paris 1866 
(extrait des Annales des Ponts et Chaussées), cité par O. GUATELLI (voir note 13), p. 25-26. Voir aussi 
dans cet ouvrage (p. 25) un schéma d’assemblage d’un train de planches sur la Sarre (d’après R. 
Descombes, Le flottage des bois sur la Sarre, Édition des Syndicats d’initiative de Lutzelbourg et de 
Saint-Louis 1979). 
A propos du flottage à bûches perdues ou bolée, non imposé au péage de Nancy: M. SCHNEIDER (voir 
note 10), p. 79; O. Guatelli (voir note 13), p. 48. 
20 Sur le mot conroi, conroy, corroi. .. dans le sens de suite, train: F. Godefroy, Dictionnaire de 
l’ancienne langue française, t. 2, 1883, p. 248. 
21 Un acte de 1389, dans lequel interviennent le duc Jean Ier de Lorraine et Henry, seigneur de Blâmont, 
stipule que la flotte de planches contiendra 6 bousselz (A.D.M.M., B 644, layette 30; M. Schneider 
(voir note 10), p. 78). 
187
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.