Full text: Stadtentwicklung im deutsch-französisch-luxemburgischen Grenzraum

François Roth 
Thionville OU L’ESQUISSE D’UNE POLITIQUE URBAINE7 
Pendant trois siècles, Thionville a été une ville fortifiée de la frontière française de 
l’Est au même titre que Verdun, Toul, Montmédy et Longwy, L’existence paisible des 
habitants - militaires, propriétaires et artisans, vignerons et paysans - fut temporaire¬ 
ment perturbée par les sièges de 1792, 1814, 1815 et 1870. Au fil des générations 
cependant, rien de fondamental ne changeait dans les structures, les fonctions, les 
activités d’une ville qui oscillait entre 5000 et 7000 habitants. L’annexion à l’Empire 
allemand (1871) a été une rupture considérable avec un passé français vieux de deux 
siècles. Il fallut cependant attendre le début du XXème siècle pour que fut prise une 
décision qui rompait avec le passé et engageait la ville dans de nouvelles voies. En 
détruisant les vieux remparts, la municipalité faisait sauter un carcan et ouvrait 
Thionville sur sa campagne et sur un environnement industriel en pleine croissance. 
Enfin, cette ville recevait des possibilités d’expansion dont on peut mesurer au¬ 
jourd’hui, quatre-vingt dix ans après, les résultats. 
Notre propos ici est de montrer comment et avec quels objectifs une politique 
municipale d’urbanisme fut mise en oeuvre au début du XXème siècle et d’en mesu¬ 
rer les résultats en 1914, au moment où la déclaration de la première guerre mondia¬ 
le interrompait brusquement, et pour une décennie, un remarquable essor. 
Une petite forteresse tranquille 
Au milieu du XIXème siècle, Thionville était une petite forteresse plantée sur la rive 
gauche de la Moselle. Sa superficie était seulement de 16 hectares alors que celle de 
Metz était de 391 hectares. Un passage étroit débouchait sur un pont (de pierre 
depuis 1846) qui traversait le fleuve et conduisait à deux ouvrages placés sur la rive 
droite. La valeur militaire de cette place était médiocre. En novembre 1870, elle 
n’avait pas résisté à trois jours de bombardements allemands. 
A l’intérieur des remparts, l’espace dévolu aux bâtiments civils était réduit et quatre 
mille personnes s’entassaient dans des maisons hautes bordant des rues très étroites. 
Les autres habitants (1600 à 1800) étaient des paysans et des vignerons qui vivaient 
dans les hameaux de Beauregard, Saint-François, La Malgrange, Sainte-Anne, Saint- 
Pierre, La Briquerie, Haute et Basse Guentrange. Dans ces derniers hameaux se 
1 Ce texte repose sur un dépouillement attentif de débats du conseil municipal de Thionville 
et des journaux de l’époque, la Diedenhofener Zeitung (centriste), la Diedenhofener Bürger¬ 
zeitung (libéral) et l’Echo de Thionville (1928-1940). Il sera repris et élargi dans l’Histoire de 
Thionville à paraître prochainement (Editions Serpenoises). Pour plus de références, on peut 
consulter Roth (François), Thionville sous l’annexion (1870-1918), in Cahiers Lorrains, 1983. 
Roth (François), La Lorraine annexée, 1870-1918, Nancy, 1976. Wittenbrock (Rolf), Bauord¬ 
nungen in Elsaß-Lothringen (1870-1918), St. Ingbert, 1989. 
119
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.