Full text: Die Zisterzienserabtei Weiler-Bettnach (Villers-Bettnach) im Hoch- und Spätmittelalter

Teilen gleichermaßen auf die Zeit davor zutrifft. Der engere Bereich wird 
folgendermaßen skizziert: En Cloître, Dortoir, situés à l'oriant, en un autre 
quartier au septentrion, compose d'un chaufoir, refectoir, cuisine, d'une grand 
[sic!] salle pour la bibliothèque, d'un grand escalier qui conduit au dortoir, en un 
quartier des hôtes qui est au couchant composé de plusieurs basses chambres et 
hôtel, salle à manger, dans lequel dernier quartier en haut est l'infirmerie et sont 
logis les procureurs et maîtres des hôtels, ny ayant aucun quartier abbatial séparé, 
tous les quartiers et logements cy dessus étant sous un même toil et d'un plain pied 
haut et bas, se communiquant et ne composant qu'un seul et même corps de logis 
qui ne peuvent commodément être séparé ni divisés; à l'orient sont les fenèstres 
[sic!] du dortoir, est situee la cour de religieux, séparée de la basse cour par un 
mur de chaque coté, dans laquelle se trouvent quelques usuines [sic!] à leur usage, 
consistantes en un petit moulin avec une brasserie, un pressoir sur lequel il y a un 
grenier et à coté une grange. Il y a pareillement dans la dite cour un colombier sur 
pilliers, à coté d'icelle au midi le jardin potager, consistant à environ quatre 
arpents de terre dans un seul et meme clos de muraille dans l'enceinte de la dite 
abbaye. 
Man kann davon ausgehen, daß zumindest die Grundstruktur schon im Mittelalter 
die gleiche war, während etwa das Taubenhaus eine eher barocke Eigenheit dar¬ 
stellte. Die Aussage, der Abt habe mit den Brüdern unter einem Dach gewohnt, 
steht im Widerspruch zu einem Hinweis aus dem Jahre 1631, la Maison Abbatiale 
habe Abt Matthias Durrus (1591-1614) errichten lassen231 233. Die gleiche Quelle 
spricht von einem gesonderten jardin de l'abbé232 und von einer fontaine pour la 
nécessité de la Maison vor der logia abbatial. Im Anschluß an die Beschreibung 
des eigentlichen Klosterareals wandte sich der Verfasser des Berichts von 1741, der 
herzoglich-lothringische Advokat Charles Gaspard, der "Basse-Cour" genannten 
kleinen Siedlung am Ausgang der Abtei zu. Die Gebäude waren in ihrer 
Verwendung völlig auf das Kloster ausgerichtet, sieht man einmal vom Wirtshaus 
ab, das von der Klosterbrauerei beliefert worden sein dürfte234. Gerade in diesem 
weniger fest gefügten Bereich wird man mit häufigeren Veränderungen im 
Häuserbestand zu rechnen haben. So verschwanden seit 1692 eine alte Mühle im 
231 ADMH 1789 Nr. 6, fol. 2r. 
Ebd., fol. lv; daneben ist von dem iardin du prieur die Rede (fol. 3v). 
233 Ebd., fol. 2v. 
234 ADM H 1757 Nr. 22, S. 4f. Art. 2 [1741 IV 2]: La Basse cour, située à l'entrée de l'abbaye au 
couchant consistant en une grange, deux remises, trois ecuries à l'usage de religieux, trois 
maisons de vignerons, maison de jardinier, maison de blanchisseuse, maison d'un garde de bois, 
maison d'un pâtre et en une maison de fermier; granges et ecuries, jardins et cheverier [lies: 
chenevier = Hanffeld] en dépendants consistons à environ six arpents y compris, un journal et 
demi de jardin attaché à la maison de la blanchisseuse, le tout tant en dedans qu'en dehors du 
clos, item dépend de la même basse cour une marcairie située à la ferme de la forge, consistante 
en une maison de marcaire, écuries à vaches et grenier à foin; il y a dans la même basse cour une 
maison de cabaret avec un jardin d'environ un demi arpent qui s'amodie quarante cinq livres au 
cours de France, une eglise paroissiale, à la quelle tout [sic!] les fermiers tant en dedans qu'en 
dehors à une lieue de distance sont paroissiens. 
147
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.